Conception des réseaux de placettes

Place des placettes permanentes dans le processus d’aménagement

Les réseaux de placettes permanentes permettent d’établir des audits réguliers des peuplements forestiers, de suivre l’évolution des différentes fonctions qu’ils doivent assumer et par retour d’expérience d’en ajuster la gestion. Ils doivent permettre de mieux cerner les moyens à mettre en œuvre afin d'atteindre les objectifs fixés.

Les conséquences des actions déduites de l'analyse des résultats, doivent être utilisées pour ajuster les moyens que le propriétaire consent à mettre en œuvre pour atteindre les buts qu'il s'est fixé. Elles viennent enrichir les connaissances qui peuvent faire évoluer les objectifs voire les finalités.

 

Les étapes préalables

 

Délimitation du domaine d'inventaire

La définition du domaine d’inventaire est étroitement liée à celle des objectifs. Par exemple dans le cas d’une propriété avec une part importante d’accrus, doivent-ils être inventoriés? Oui si le propriétaire souhaite avoir une image globale de sa forêt, non si dans un premier temps il ne souhaite recueillir que les informations liées à sa partie productive. Les exemples ci-après permettent d’illustrer la nécessité de bien définir le domaine d’inventaire.

Une propriété possède très souvent des lignes séparatrices de parcelles, des pistes, des routes, mais parfois aussi des fossés ou bien des mares. Si la propriété ne possède qu’une mare de grande taille, il devient possible de la retirer du domaine d’inventaire, en sachant que cela risque d'augmenter le nombre de placettes limites. Cette stratégie peut également être retenue dans le cas d’une route de grande emprise. Ces surfaces considérées comme non productives de bois seront d’autant plus facilement retirées du domaine d’inventaire qu’elles sont cadastrées.

Dans la majorité des cas, lignes séparatrices de parcelles, pistes, routes, mares feront partie du domaine d’inventaire.
Afin de faciliter la mise en œuvre lors de l’installation mais également lors des remesures, si un centre de placette tombe à proximité d’une mare, la placette sera installée telle quelle. Si le centre tombe dans une mare et à une distance telle qu’il n’y aura aucun arbre, la placette est considérée comme vide d’arbres. Si le centre tombe dans la mare, mais que des arbres doivent être échantillonnés, le centre sera décalé de 1 mètre au-delà de l’amplitude maximale de l’eau, même si cela entraine un léger biais. Il ne s’agira alors en aucun cas de placette limite.

Si un centre de placette tombe sur une piste ou une route, le centre ne sera pas décalé et les mesures faites à l’endroit prévu. Dans le cas de placettes permanentes, seul le piquet métallique sera déplacé, avec indication du décalage correspondant sur le plan de cheminement. 

 

Choix des objectifs

La première étape consiste à fixer en collaboration avec le propriétaire, le ou les objectifs recherchés, éventuellement par strate.

La stratification (découpage du domaine d'inventaire en sous-parties) ne se justifie que pour adapter le protocole à des objectifs locaux ou bien afin d’améliorer la précision des estimations. Pour ce dernier point cela revient à faire en sorte que la variance inter-strate soit supérieure à celle intra-strate. Elle diffère en cela du simple regroupement de placettes. Pour chaque strate l’opérateur fixera, toujours en accord avec le propriétaire, les objectifs en terme de variables à mesurer et de précision. Cette dernière va déterminer la charge de travail et donc le coût. Il est préférable que la stratification repose sur des critères stables dans le temps.

La seconde étape consiste à choisir par strate entre les deux grands types d’inventaires, en plein ou statistique.

Enfin l'opérateur devra choisir les types de placettes, le type et l'effort d'échantillonnage.

Conception plan échantillonnage

 

Pour aller plus loin, télécharger le fichier Inventaires.pdf sur la page Téléchargement.