La futaie irrégulière

Face au traitement de la futaie régulière largement diffusé par les écoles forestière, au milieu du 19è siècle Gurnaud introduit la méthode du contrôle mais sa conception de la sylviculture et de l'aménagement forestier n'est que peu suivi en France. A la fin du 19è siècle, Biolley en Suisse et Hufnagel en Autriche tentent de diffuser les idées de Gurnaud en Europe centrale.

En matière forestière en Allemagne, le début du 20è siècle se caractérise par une perte progressive de résistance des peuplements suite à la généralisation du traitement en futaie régulière. Gayer (1905) insiste sur le fait que la sylviculture ce doit être avant tout le soin à l’écosystème. Möller (1922) reprend cette idée d’une « forêt pérenne » pour laquelle le rendement économique ne peut être obtenu que par le bon fonctionnement de l’écosystème forestier (utilisation des dynamiques naturelles, récoltes sous forme de perturbations légères, etc.)

Futaie irrégulière

 

Principes

  • Respect des processus naturels
  • Optimisation du potentiel individuel de chacun des arbres : « une sylviculture d’arbre »
  • Interventions fréquentes et légères par des « coupes jardinatoires »
  • Travaux et des frais limités, ciblés et qualitatifs
  • Performance économique à forte valeur ajoutée et créant des emplois stables
  • Capital forestier équilibré, stable et suivi
  • Respect des enjeux environnementaux, paysagers et sociaux liés à la forêt
  • Naturalisés biologique et anthropique renforcées
  • Plus de carbone stocké en forêt et dans les produits transformés

 

Contrôle

Le traitement en futaie irrégulière repose sur l'utilisation

Son contrôle gagne à être effectué à l'échelle de l'arbre, puis par sommation et/ou par utilisation d'inventaires multisources à l'échelle du peuplement, parcelle, forêt ou massif.